News des légumes de St’O

2016
04.11
Salut à toutes et tous,
 

on sort de l'hiver, et c'est pour ça que cette journée à la ferme s'organise samedi prochain.

L'occasion pour certain(e)s d'y revenir, pour d'autres de découvrir.
 

L'ordre du jour est encore un peu flou, rapport aux fluctuations météorologiques !
 

Je m'explique:
 

il y a eu 2 stagiaires par semaine sur la ferme au mois de mars. Autant vous dire que ça a dépoté sévère !!
 

Les premiers semis de printemps en extérieur ont pu être fait pendant la semaine de beau temps ! J'avais même commencé à travailler la terre en prévision de la plantation de pommes de terre qui, idéalement, aurait du se faire cette semaine… Mais vue la météo de la semaine dernière, c'est plus tout à fait le même timing…
 

Le temps ayant été principalement à l'humide, nous avons donc beaucoup travaillé dans la serre: elle est nickel ! Toutes les plantations sont…: plantées, bichonnées, et se portent globalement bien.

Le gros problème dans la serre est la "semelle" (couche de terre très très tassée à 10/20 cm de profondeur suite au terrassement pour la construction de la serre), qui n'a pas trop pénalisé les légumes d'hiver dont le système racinaire ne va -pour la plupart- pas très en profondeur, mais est plus inquiétant pour les légumes primeurs, notamment les carottes, qui risquent de s'y casser le bout du nez !

Mais pour l'instant, concernant les primeurs, on peut se dire que jusqu'ici, tout va bien. Tout le monde pousse bien, y compris les pommes de terre qui montrent le bout de leurs fanes…
 
Et c'est tant mieux, parce que je les attend avec impatience, ces primeurs: le stock de légumes de garde se réduit de semaine en semaine, et comme évoqué lors de la réunion chez Nadia, les parts de récolte viennent à peiner en quantité et en diversité.
Pour y palier au moins en partie, j'ai demandé à des collègues ou amis maraîchers de me dépanner sur certains légumes qu'ils auraient en quantité suffisante. Ce sera le cas pour les poireaux de cette semaine, et sûrement pour d'autres légumes dans les semaines à venir. Auquel cas je vous le dirai.
Si qq'un(e) veut plus de détails sur la situation, on peut en parler librement à la distribution, samedi sur la ferme, ou par retour de mail.
 
En dehors de cette problématique, ça va bien à St'O !
Grâce à l'appui des stagiaires, d'un précédent samedi avec des Amapien(ne)s de Médecins du monde, et de coups de main ponctuels, je n'ai jamais été aussi à jour. Mais ne nous emballons pas: la saison commence à peine. C'est comme si je vous disais que j'ai bien attaché mon short et fait un double noeuds à mes baskets juste avant le départ d'un 400m ! C'est bien, mais c'est pas encore gagné…

Pour vous donner une idée, au mois d'avril, il va falloir:

– Planter 2800m² de pommes de terre; hé oui, celles que l'on devrait normalement récolter ensemble en septembre !

– Semer des radis
– Planter 1350 choux rouges, brocolis, fleurs, pointus et raves
             660 laitues
             9500 plants d'oignons
             400 plants de tomates
             70 plants d'aubergines
             100 plants de courgettes
             330 fenouil…
 
Tout ça réparti sur 35 planches (de 25 x 1.2 m) dont il faut au préalable préparer le sol, amender avec du compost et pour la plupart bâcher.
Et c'est à peu près pareil sur mai/juin/juillet, le tout agrémenté de désherbage, d'irrigation, de gestion des ravageurs…
 
Boris
Bon, vu comme ça, ça fait un peu peur. A moi le premier… Mais rien d'insurmontable.
A court terme, il faudrait juste un peu de sec, parce que concernant les PdT, les radis, choux, laitues et oignons, la préparation des planches se passe dehors… Les plants arrivent le 13 avril, et il faudrait que toutes les planches soient prêtes…
Et le problème quand il pleut, c'est que je ne peux pas rentrer dans le champs avec le tracteur, sous peine de le transformer en champs de bataille, façon Verdun…
Et même à pieds c'est pas évident: moins violent, mais ça prend vite des allures "d'Intervilles"…
 
Tout ça pour vous dire que si le temps s'y prête, il y aura de quoi s'occuper ce samedi, notamment en épandage de compost et mise en place de bâche.
Si le temps ne s'y prête pas, il y aura quand même de quoi faire dans la serre, mais le pique nique durera plus longtemps. Donc si il pleut, pensez au vin chaud 😉 !
 
A plus long terme, ça va se jouer sur l'huile de coude, l'organisation, les choix techniques, une bonne dose de participation amapienne et un petit zest de chance.
 

Votre commentaire